la maison lacombe
Accueil | Crocosmia

Crocosmia

21 juillet 2015

Blogue

La première fois que j’ai entendu parler du Crocosmia, de son ancien nom Montbrétia, c’est quand l’horticulteur en chef nous a demandé de transplanter de grosses talles situées dans le parterre qui se trouve près de l’étang du  jardin Anglais. La variété qui se trouve dans cette plate-bande ce nomme ‘Lucifer’ (Crocosmia X crocosmiiflora ‘Lucifer’).

crocosmia  'lucifer'

Pour moi, c’est une plante qui gagne à être connue car elle fait beaucoup jaser et parce qu’elle est impressionnante à regarder. Ce qui attire l’œil, à mon avis, ce sont deux de ses caractéristiques : sa grande taille (elle peut atteindre une hauteur de 5 pieds environ) et sa profusion de fleurs. Pour vous décrire cette-dernière, imaginez une vague de flammes (d’où la référence à Lucifer) qui ondule au gré du vent…  Celle-ci est mise en évidence par une concentration de tiges vertes en forme d’épée.

J’attire également votre attention sur une autre variété, la ‘Emberglow’ (Crocosmia X crocosmiiflora ‘Emberglow’), qui cette fois-ci se trouve dans le parterre mixte de notre jardin romantique. Le jardin romantique est un petit espace au cœur du jardin français plus communément appelé « Le colibri »  car il abrite une mosaïculture 3D de cet oiseau.  La raison qui nous pousse à choisir cet endroit pour planter la ‘Emberglow’  vient du fait que, outre sa couleur rouge-orange qui illumine le parterre pendant la fin de l’été, sa taille étroite et élancée est une caractéristique de choix dans cette plate-bande à l’espace limité.

Elle ne dépassera pas les 2 pieds et demi de haut. Les crocosmias sont des plantes à corme qui ont tendance à remonter à la surface car elles produisent un nouveau corme sur le dos de l’ancien annuellement. Il est recommandé de les replanter tous les 2 à 3 ans environ. J’ai fait l’expérience dans mon propre jardin, et voulant bien faire, je les ai plantées très creux en me disant que je n’aurais pas besoin de les replanter 2 ans plus tard… Mauvaise idée, elles ne sont jamais sorties de terre, j’ai donc dû en acheter d’autres pour réparer mon erreur. Comme on dit, « les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés ». Dernier conseil, n’oubliez pas de passer au jardin pour voir ces trésors de la nature. De la fin juillet jusqu’au mois d’août, c’est ‘’Lucifer’’ qui part le bal.

Dominic Labelle

Aide-jardiner

« Retour

Aucun commentaire.

Laissez un commentaire

© 2017, La Maison Antoine-Lacombe. Tous droits réservés. | Plan du site