la maison lacombe
Accueil | Racine latine à en perdre son latin

Racine latine à en perdre son latin

8 septembre 2016

Blogue

Lorsque vous entrez dans le monde de la botanique, vous pénétrez dans un univers floral magnifique et méconnu. Magnifique, car vous ne pouvez pas vous empêcher d’être émerveillés par toute cette splendeur de coloris enivrants. Fiez-vous à moi, même après quelques années à travailler avec les végétaux,  je suis toujours abasourdi par cette beauté. Méconnu, car vous découvrez un autre langage, un code d’un autre temps issu d’une autre époque, mais qui est pourtant le fondement de notre science moderne, soit le latin. Les premiers à l’avoir utilisé sont les Romains. Tout le monde connait le célèbre  Veni, vidi, vici employé par le grand Jules César qui signifie « Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu ».

Encore aujourd’hui, nous trouvons du latin dans certaines sphères de la vie quotidienne notamment avec l’appellation scientifique des végétaux. Chaque segment du nom latin des plantes sert à déterminer quelque chose. Dans ce texte, deux appellations latines seront analysées afin de soutenir cette affirmation.

Gleditsia triancantos var. inermis ‘Sunburst’

Prenons l’exemple du févier d’Amérique, arbre très populaire qui, dans nos jardins, domine le jardin bucolique. Cet arbre possède le nom latin Gleditsia triancantos var. inermis ‘Sunburst’.

Décortiquons-le afin d’en démystifier le sens.

Gleditsia est le genre. Dans ce cas-ci, il honore le nom de celui qui l’a découvert, M. Gledtish. Attention,  ce n’est pas comme ça pour tous les végétaux. Généralement, mais non de façon systématique, les appellations scientifiques latines se terminant par -ia- ou -ii- portent le nom de la personne qui en a fait la découverte. D’autres exemples seront au programme dans de prochains billets.

Triancanthos est l’espèce. Le mot triacanthos veut dire trois épines, de tri- signifiant trois et -ancanthos, épine.

Var. est le diminutif précédant la variété naturelle. Dans le cas d’un cultivar sélectionné par l’homme, seul le nom entre guillemets est utilisé.

Le mot Inermis signifie sans épines.

Le nom entre guillemets revient à la variété et sert à déterminer une caractéristique bien distincte de l’espèce ou, dans certains cas, de la sous-espèce. Dans ce cas précis, le nom ‘Sunburst’ venant de l’anglais signifie explosion de soleil. Cela se confirme, car son feuillage est d’un jaune étincelant au printemps.

Phellodendron amurense

Analysons rapidement un deuxième exemple.  Le nom latin de l’arbre à liège de Chine, qui se trouve lui aussi dans le jardin français, est Phellodendron amurense. Magnifiques et méconnus, ils bordent les allées et apportent une ombre légère par leur beau feuillage lustré.

Phello– veut dire liège et se rapporte à la souplesse ainsi qu’à l’aspect de l’écorce.  La terminaison dendron, pour sa part, signifie arbre. Le premier segment de son nom veut donc dire littéralement «arbre à liège». Pour ce qui est du mot amurense, il signifie  « de l’Amour », une région de Sibérie où coule le fleuve du même nom.

On peut  donc faire cette analyse avec tous les noms des plantes. Je vous entends déjà me dire que c’est bien beau de savoir ce que les noms de plantes veulent dire, mais à quoi cela sert-il? L’utilisation des noms communs, avec ses multiples significations, peut parfois semer la confusion. Il suffit de magasiner chez un pépiniériste pour le constater : plusieurs végétaux différents utilisent le même nom commun. Cette réalité peut apporter son lot d’erreurs. Par exemple, en demandant un érable rouge, l’employé de la pépinière peut vous donner un érable de Norvège à feuillage rouge, soit un «Acer platanoides ‘Crimson King’» alors que vous désiriez un «acer rubrum». Leur description physique respective peut être similaire, mais ces deux variétés d’arbres sont différentes sur plusieurs autres aspects. En ayant employé l’appellation latine, la confusion au niveau de l’arbre désiré n’aurait pas été présente. Utilisé en science, le latin est un langage universel. Aucune possibilité d’erreur!

C’est pour cette même raison qu’au jardin,  nous utilisons le latin comme référence dans l’identification de nos végétaux.  De plus nous faisons une place de choix aux noms communs afin que votre expérience soit des plus enrichissantes. Lors de votre prochaine balade,  laissez-vous charmer par le latin!

Dominic Labelle

Aide-jardinier

« Retour

Aucun commentaire.

Laissez un commentaire

© 2017, La Maison Antoine-Lacombe. Tous droits réservés. | Plan du site