la maison lacombe
Accueil | Les récits de vie de Renée Robitaille

Les récits de vie de Renée Robitaille

15 septembre 2016

Blogue

Maison et jardins Antoine-Lacombe a le plaisir de recevoir Renée Robitaille dans le cadre des veillées de contes présentées par Lanaudière: Mémoire et Racines. Elle a généreusement répondu à nos questions. Bonne lecture!

Vous offrez des contes s’adressant aux enfants et d’autres aux adultes. Quelles sont les principales différences de conter devant  ces deux publics?

Les enfants sont complètement transparents. Si une histoire ne leur plaît pas ou si je ne suis pas en forme, je vais le savoir tout de suite. La différence entre les deux publics ne réside pas tellement dans le type de répertoire, mais plutôt dans l’audace de ma performance; devant les enfants, j’essaie toutes sorte de choses et je lâche complètement mon fou. Ils adorent ça. Alors quand j’arrive devant un public adulte, je peux me permettre beaucoup d’audace parce que je sais, grâce aux enfants, jusqu’où je peux aller, même si je transgresse quelques règles du monde adulte. C’est plutôt jubilatoire.

Votre parcours a débuté avec le conte traditionnel. Quelles ont été vos motivations pour orienter votre pratique vers le récit de vie?   

Ça s’est fait tout seul. Je n’arrivais plus à trouver, dans les contes traditionnels qui sillonnaient mon chemin, du contenu qui racontait ce que j’avais envie de dire. Et je ne voulais pas inventer de nouvelles histoires. Alors les récits de vies des gens qui m’entourent me sont apparus comme étant les histoires les plus touchantes et profondes que je pouvais raconter.

Quelles sont vos sources d’inspiration pour créer vos personnages ?

Je trouve un thème, comme celui des mineurs, où des bâtisseurs d’eau de la Baie James et je pars en voyage sur le terrain, pour aller rencontrer les gens, m’asseoir avec eux, les écouter se raconter. Je n’invente pas les personnages: ils existent déjà et mon rôle est de les repérer, de les faire vivre sur une scène pour leur donner la parole.

Cela fait quelques années que vous présentez le conte «Hommes de pioche». Au fil du temps, est-ce que l’histoire s’est modifiée? Si oui, quels changements a-t-elle subi et quels sont les facteurs?

Les Hommes de pioche ont tourné partout dans la Francophonie: Europe, Asie, Amérique centrale, Afrique… Ça fait maintenant 11 ans que je tourne avec ce spectacle et ce n’est pas terminé. Le plus agréable, c’est de voir l’évolution de ces personnages et de leurs histoires. Quand ça fait 6 mois que je n’ai pas joué ce spectacle, les personnages ont changé, je découvre des aspects de leur histoire qui ne m’étaient jamais apparus auparavant. C’est du spectacle vivant.

Est-ce que l’écriture d’un conte écrit diffère de celle d’un conte oral? Si oui, en quoi?

J’écris très peu les histoires que je raconte. Je préfère leur donner vie dans le moment présent. Ça ne veut pas dire que je travaille pas mes spectacles, bien au contraire. Ce sont des centaines d’heures de répétition pour qu’un spectacle prenne forme. Mais quand j’écris, c’est pour être lue. Et quand je raconte, c’est pour donner une troisième dimension à une histoire. Pour moi, raconter c’est donner la vie.

« Retour

2 Réponses pour “Les récits de vie de Renée Robitaille”

  1. Huguette dit :

    J’ai adoré assisté au conte Hommes de pioche. Cette conteuse est vraiment extraordinaire. Elle a su capter mon attention du début à la fin. Elle passe d’un personnage à l’autre d’une merveilleuse façon avec une intonation particulière pour chacun. Bravo!!!!!

Laissez un commentaire

© 2017, La Maison Antoine-Lacombe. Tous droits réservés. | Plan du site