la maison lacombe
Accueil | Isabelle Crépeau, réchauffer les coeurs

Isabelle Crépeau, réchauffer les coeurs

16 novembre 2016

Blogue

Le 1er décembre prochain, Maison et jardins Antoine-Lacombe accueillera Isabelle Crépeau dans le cadre des veillées de contes présentées par Lanaudière: Mémoire et racines.

Pour en savoir plus sur l’événement: Chasse-Galerie… et autres sorcelleries pour passer l’hiver par Isabelle Crépeau.

Pour l’occasion, la conteuse a généreusement répondu à nos questions. Vous pouvez lire sa réponse ci-dessous.

C’est avec les contes, ceux que me racontait et me lisait ma mère que, très tôt, j’ai appris à parler. Si bien qu’à deux ans à peine, je profitais déjà de toutes les occasions pour grimper sur la table du salon et improviser une histoire magique (et décousue!). Les paysages et les lieux de mon enfance, mais aussi tous ces itinéraires de rivages défilant quand nous prenions la route pour visiter la famille ou pour aller camper dans tous les coins du Québec, se sont accrochés à ces histoires et en ont déterminé les couleurs : sans le savoir, je me les appropriais déjà. Dans mon imaginaire d’enfant, les contes (surtout les contes merveilleux) ont dès le départ occupé une place prépondérante tant dans mes jeux, dans mes premières lectures que dans toute ma créativité de petite fille.

Plus tard, ce sont les enfants qui m’ont amenée à devenir conteuse. Ce sont d’abord eux qui ont accueilli mes histoires et qui m’ont appris à en garder le fil, à maintenir l’attention, à entrer et rester en contact avec l’imaginaire de l’auditoire. Mes études littéraires à l’UQAM ont été l’occasion d’approfondir ma relation avec le conte et de pousser encore plus loin le processus d’appropriation de ces histoires traditionnelles qui me fascinaient tellement. Le livre Femmes qui courent avec les loups (Clarissa Pinkola Estès) est venu confirmer mes intuitions de femme sauvage et préciser mon parcours créatif.

J’ai poursuivi ma réflexion et ma formation artistique par le biais de différents cours et ateliers pour explorer le jeu théâtral, la voix chantée, l’écriture et la performance. En 2003, un atelier avec Claudette L’Heureux m’a ouvert sur le milieu du conte d’ici et sur l’oralité et la parole contée comme mode d’expression. Je me suis rendu compte que, à l’écoute d’un conte, l’auditoire adulte gardait la même faculté d’émerveillement que l’enfant, mais avec en plus tout un bagage de référents qui enrichit l’expérience particulière que chacun a de l’histoire racontée. La parole sert de fil pour tisser la toile à laquelle chacun accroche son décor, sa vision, ses panoramas. La simplicité et l’humanité restent au cœur de l’expérience. Il y a là quelque chose de magique qui continue de m’émouvoir chaque fois…

En 2004, j’ai présenté un premier spectacle de contes et objets pour un public adulte : Les contes de la Mèraboir. Depuis 2005, j’ai aussi eu le privilège de travailler avec ZØgma, le collectif de folklore urbain, à partir d’un conte écrit par Renée Robitaille et mis en musique par Etienne L’Oranger: ZÒ. L’aventure de tricoter le récit à travers la danse, la musique et la lumière reste une aventure déterminante dans mon parcours. En 2008, une résidence de création au Nouveau-Brunswick (CALQ) a donné lieu à la création d’une cérémonie contée in situ autour du thème de la femme sauvage : À pas de louve. En parallèle, au fil du temps et au gré des occasions, j’ai développé tout un répertoire d’histoires rapiécées, manigancées, détournées ou complètement inventées que je ressors de mon armoire avec Les dents de la Poule Noire.

Dans ma démarche, l’écriture et l’oralité, les traditions et la présence, comme racines et branches, restent inextricables et essentielles. En faisant le choix de vivre six mois par année sur un petit voilier, j’ai décidé d’habiter autrement le paysage qui m’habite depuis l’enfance. Je cherche à m’attarder de plus en plus au paysage et à son pouvoir d’évocation. Ce sera la base du projet sur lequel je travaille : La petite va-nu-pieds, un conte de création engagé dans le paysage.

Le 1er décembre prochain, avec Chasse Galerie… et autres sorcelleries pour passer l’hiver, je veux vous convier à renouer avec l’émerveillement et la magie. Soyez parés à vous laisser ravir et emporter dans un voyage extraordinaire! Ces histoires abracadabrantes, gourmandes et remplies de tendresse ont été spécialement mijotées pour réchauffer et illuminer les cœurs à l’approche des fêtes, pour toute la froide saison…

Isabelle Crépeau, conteuse

 

« Retour

Aucun commentaire.

Laissez un commentaire

© 2017, La Maison Antoine-Lacombe. Tous droits réservés. | Plan du site