la maison lacombe
Accueil | À vos semis, partez !

À vos semis, partez !

8 mars 2017

Blogue

Prenez de l’avance, démarrez la saison plus tôt en effectuant vos propres semis!

Qui n’a pas fait germer des pépins de pomme ou d’agrumes? Qui n’a pas tenté l’expérience avec des pois ou des haricots ? Faire ses semis, c’est un peu mettre au monde quelque chose de vivant et en observer son évolution, ce que je trouve fantastique.

Pour moi, les semis ont été le moyen facile de cultiver des végétaux, et ce, sans se ruiner. Je me souviens des monnaies-du-pape Lunaria annua qui m’avaient été données ou lors de mes premiers achats de semences où seul un plant de lavande avait germé sur tout le paquet. Quelques années plus tard, j’ai reproduit ce que mon oncle avait patenté, c’est-à-dire une étagère portative avec des fluorescents. Je me rappelle qu’il la déplaçait à l’extérieur sous le porche pour acclimater les jeunes pousses avant leur dernier voyage au jardin. C’était ingénieux et pratique. Je n’oublierai jamais ma première production intérieure où 32 caissettes d’annuelles prenaient place au sous-sol. Ce nombre était évidemment trop grand pour la surface de lumière. Je faisais donc une rotation toutes les douze heures afin de permettre la croissance de tous les végétaux.

Faire ses propres semis est une expérience accessible à tous. L’utilisation de simples plateaux avec un dôme au-devant d’une fenêtre lumineuse fait très bien l’affaire. Si la lumière naturelle est insuffisante et que vous disposez d’assez d’espace soit un sous-sol ou toute autre pièce, l’utilisation de quelques fluorescents optimisera la croissance des semis. Dans ce cas, je vous suggère de combiner deux types de lumière: le blanc froid et la lumière du jour. Les deux sont disponibles dans toutes les quincailleries. Je garde toujours un espace de moins de 30 cm entre les tubes et les plants. Comme ces lumières ne dégagent pas trop de chaleur, elles sont sans danger pour les végétaux. L’utilisation d’un terreau léger composé de perlite et de mousse de sphaigne sera un atout dans la réussite de vos semis.

D’après mon expérience, les gens plantent leurs semis trop tôt, particulièrement dans le cas des tomates et des concombres. Gardez en tête que les semis permettent de devancer la croissance sans pour autant leur nuire. De plus, la plupart des végétaux tels que les annuelles et les légumes ont une vie courte. Dans le cas où ceux-ci vivraient un stress dû au transfert vers l’extérieur, au manque d’eau occasionnel ou d’engrais, la croissance et les rendements futurs seraient grandement altérés. Dans le meilleur des cas, le transfert se fait avec de jeunes plants sains et vigoureux d’un maximum de quelques centimètres de haut,  portant quelques feuilles bien vertes et surtout sans fleurs. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas négliger l’application régulière d’engrais liquide.

Quant au temps de démarrage des semis, mars et avril sont les mois idéaux, le soleil est puissant et permet de diminuer l’étiolement des plants. Il est très important de lire les instructions avant de débuter, et au moment du repiquage de garder seulement les quantités voulues. Cela vous facilitera la tâche et maximisera votre espace de jardinage.

À titre indicatif, voici mes suggestions pour chaque espèce :

Commencez en mars avec les plants à croissance lente tels que les poivrons, céleris-raves, poireaux, oignons, bégonias, impatiens, géraniums, cuphéas, sauges, pétunias, coléus, héliotropes, fuchsias, etc.

Poursuivez en avril avec les tomates, aubergines, choux, laitues, basilics, soucis, quatre heures, nicotines, œillets d’Inde, agérates, cosmos, etc.

Faites les derniers semis au début du mois de mai pour les plantes à croissances rapides telles que les Suzannes aux yeux noirs thunbergia, ricins, concombres, courges, et melons. Dans le cas des cucurbitacées, les plantes aiment la chaleur et détestent être divisées ou manipulées donc, soyez vigilant.

Pour la mise au jardin, assurez-vous que les nuits sont chaudes et sans gel. Pour la région au nord du St-Laurent, la période de plantation se fait entre la fin mai et la mi-juin. Une acclimatation à l’abri du vent et du soleil direct est souhaitée quelques jours avant la mise en terre finale. Préconisez un temps nuageux et des nuits chaudes.

Au jardin, nous commençons la mise en terre avec des espèces qui peuvent tolérer de la fraîcheur, c’est le cas des pétunias, géraniums, cinéraire, marguerite du Cap, centaurée, pensée, lobulaires, laitues et choux pour ne nommer que les plus populaires.

À vos expériences!

N’hésitez surtout pas à venir nous voir dans les jardins et partagez vos bons coups avec nous. C’est toujours un plaisir de vous accueillir!

Patrick Forest
Horticulteur en chef

semence, monnaie du pape

« Retour

Aucun commentaire.

Laissez un commentaire

© 2017, La Maison Antoine-Lacombe. Tous droits réservés. | Plan du site