la maison lacombe
Accueil | Terrarium : un jardin sous verre

Terrarium : un jardin sous verre

4 avril 2017

Blogue

Pour la semaine de relâche, le Musée d’art de Joliette organisait, de concert avec notre organisme, un atelier sur l’histoire des jardins et se terminait avec la création d’un jardin végétal. Les familles ont bien apprécié notre duo d’animatrice composé de Nicole (horticultrice) et Laurie (coordonnatrice). À leur retour, leur sourire montrait avec éloquence la satisfaction d’une mission accomplie.  Pour ce faire, nous nous sommes plongés dans l’histoire des jardins, ma collègue Laurie a fait un travail de synthèse remarquable sur l’histoire des jardins mariant des illustrations de jardins à différentes époques. Quant à moi, je me suis penché sur un aspect plus précis de celle-ci: les terrariums. Comme nous avons eu beaucoup de plaisir tout au long du processus, et que cette activité facile et peu coûteuse offrait beaucoup d’avenues sur le plan créatif,  nous tenions à vous en faire part afin que vous puissiez en profiter à la maison.

Définition

Les terrariums sont des milieux autonomes généralement clos qui imitent un biotope végétal ou animal. Il est le penchant terrestre de ce qu’est un aquarium. En jardinage, le terrarium se définit comme un jardin sous verre.

Un peu d’histoire

L’origine des terrariums

Il faut remonter jusqu’en 1829, lorsque le botaniste anglais Nathaniel Ward inventa les tout premiers terrariums. C’est en observant des chrysalides dans des contenants fermés sur plusieurs jours qu’il a constaté l’émergence de fougères à la surface du terreau.

Cette découverte accidentelle a révélé la possibilité de cultiver des végétaux fragiles. À cette époque, la qualité de l’air de certains secteurs de Londres était enfumée et polluée. Depuis plusieurs années, M. Ward essayait de cultiver des fougères et des plantes alpines, mais sans succès.

Ce fut l’occasion d’observer la culture d’une fougère dans un contenant fermé échelonnée sur plus de quatre années. Il mit au point un type de vitrine fermée qu’on nomme châssis de Ward. La découverte se répandait chez les amateurs.

Au temps des grandes découvertes, le châssis de Ward s’adapta aux besoins en mer et pu contribuer à l’expansion des trouvailles botaniques que les navires rapportaient.

Le principe du terrarium

Le principe est simple, quand le taux d’humidité est saturé à l’intérieur d’un contenant bien fermé, l’eau de l’évaporation du sol et des végétaux se condense, ruisselle et retourne à la terre créant un cycle autonome. Les végétaux ont besoin du soleil pour vivre. Utiliser un emplacement lumineux de préférence sans soleil direct.

 

Les étapes de réalisation et d’entretien

  • Il est recommandé d’utiliser un contenant dont l’embouchure se referme ou dont l’orifice est étroit.
  • Le contenant doit être de préférence clair ou légèrement teinté.
  • Verser sur le fond du contenant une couche de petit gravier de quelques centimètres d’épaisseur pour un meilleur drainage.
  • Ajouter une couche de terreau léger constitué de mousse de sphaigne et de perlite sur quelques centimètres.
  • Retirer les plantes de leur pot et dégager délicatement la terre des racines de chaque plante, le but étant de pouvoir étendre plus facilement les racines dans le terreau peu profond.
  • À l’aide d’une cuillère, faire de petits trous pour chaque plante.
  • Déposer délicatement chaque plante dans les trous prévus.
  • Tasser légèrement le terreau autour de chaque plante.
  • Vaporiser l’ensemble et refermer le contenant.
  • Si trop de buée se forme, ouvrir le contenant durant un jour ou deux.
  • Vaporiser et fertiliser au besoin.
  • Tailler à l’occasion les plantes qui poussent trop.

La plupart des plantes d’intérieur peuvent être utilisées. Je préconise l’utilisation de végétaux à petit développement. Ils se prêtent bien à ce type de culture. Pour le reste, utiliser votre imagination pour de multiples possibilités. Deux exemples de terrariums prennent place sous les fenêtres de la Maison Lacombe, n’hésitez surtout pas à venir les voir !

Voici une brève liste de végétaux que vous pourriez utiliser pour votre prochain terrarium : fougères, sélaginelle, plante-araignée, lierre, peperomia, philodendron, pilea et saxifrage.

Patrick Forest
Horticulteur en chef

« Retour

Aucun commentaire.

Laissez un commentaire

© 2017, La Maison Antoine-Lacombe. Tous droits réservés. | Plan du site