la maison lacombe
Accueil | Rêver au printemps

Rêver au printemps

24 octobre 2018

Blogue

L’automne est la saison propice pour rêver au printemps. Effectivement, c’est le moment de planter des bulbes à floraison printanière. On peut les planter tant que l’on peut travailler la terre, même si les températures de la nuit sont plutôt fraîches. L’important est de planter les bulbes pas trop tard durant la saison afin qu’ils aient suffisamment de temps pour développer des racines.

Des bulbes (ou des cormes*) de plusieurs plantes sont vendus dans les jardineries : tulipe, narcisse, jacinthe et crocus sont les plus fréquents, mais il y a aussi l’ail d’ornement, la fritillaire, le chionodoxa, la scille et le muscari entre autres. L’important est de choisir vos bulbes en fonction de l’espace dont vous disposez. Les bulbes de qualité sont fermes et suffisamment gros. Une fois votre achat fait, il est essentiel de trier les bulbes afin d’éliminer ceux qui montrent des signes de pourriture et ceux qui sont endommagés.

L’avantage du narcisse (incluant la jonquille) est que ses bulbes refleurissent chaque année, contrairement aux tulipes qui ont tendance à moins fleurir au cours des années. Le crocus est l’un des premiers à fleurir, mais sa durée de floraison est plutôt courte comparativement à celles des tulipes, des jonquilles et des jacinthes.

© Nicole Gagnon – Tulipa x hybrida ‘World’s Favorite’

Les narcisses et les tulipes sont divisés en plusieurs groupes ayant des caractéristiques propres à chacun. Il y a de quoi s’amuser dans le choix : narcisses Double hâtif, Grosse fleur, Trompette hâtive, entre autres, et tulipes Simple hâtive, Double hâtive ou tardive, Triomphe, Darwin, Fleur de lis, Perroquet et Frangée pour n’en nommer que quelques-uns.

Les règles générales de plantation

Il faut tout d’abord bien ameublir la terre et y ajouter un bon compost. Habituellement, on enterre le bulbe à une profondeur égale à 3 fois sa hauteur. La distance entre les bulbes est généralement de 2 à 5 cm (de 1 à 2 pouces) pour les plus petits bulbes et de 8 cm (3 pouces) pour les bulbes plus gros. On veillera à suivre les indications spécifiques à chaque plante sur le sachet que vous achèterez. Une plantation plus dense donnera cependant un effet plus spectaculaire. Après la plantation, on compacte légèrement la terre, on peut ajouter du fumier de poulet séché à la surface du sol puis on arrose légèrement. On évite les endroits moins bien drainés, car cela pourrait entraîner la pourriture des bulbes.

La plantation en pleine terre

Vous pouvez faire un grand massif de plantes à bulbes ou faire des massifs de différentes tailles pour faire un aménagement d’allure plus naturelle. En grand massif, on plante les bulbes en quinconce. Il s’agit de faire des rangées en alternant les bulbes sur chacune des rangées. Vous avez sûrement remarqué les parterres de bulbes sur le boulevard Sainte-Anne dans la municipalité de Saint-Charles-Borromée qui présentent chaque année des massifs de tulipes. Aussi, certains parterres de la roseraie contiennent des cultivars de narcisses sur de longues surfaces.

© Maison et jardins Antoine-Lacombe – Eve Fortier – Tulipes sur le boulevard Sainte-Anne à Saint-Charles-Borromée

© Maison et jardins Antoine-Lacombe – Narcisses dans la roseraie

Sur une plate-bande où l’on veut plutôt un style naturel, il s’agit de prévoir de 3 à 5 îlots de superficies différentes et de les faire sous des formes non formelles. Tout  comme les jardins anglais qui montrent des parterres sinueux, les îlots de bulbes seront dispersés ici et là sous des formes différentes, certaines rondes, d’autres plus allongées ou encore en forme de triangle plus ou moins bien défini, afin que le résultat montre des plants comme s’ils avaient poussé de façon naturelle. Prévoir au moins un grand îlot, puis les autres de format moyen et d’autres de format petit. Regrouper un minimum de 3 à 5 bulbes par îlot pour les petits îlots. C’est ce que nous avons fait à l’automne 2017 autour de la sculpture Filia dans les jardins anglais. Cinq îlots de Narcisse ‘Misty Glen’ ont été créés.

© Maison et jardins Antoine-Lacombe

On peut également planter les bulbes en bordure d’une plate-bande. Scille, muscari, chionodoxa et petit narcisse se prêtent bien à ces endroits.

Il est aussi possible de planter des bulbes dans la pelouse créant ainsi un tapis de couleurs sur un fond vert. On privilégie les emplacements où la pelouse est moins dense comme à proximité des arbres et des arbustes, principalement ceux à feuilles caduques. Il est facile de planter les bulbes à l’aide d’un plantoir à bulbes dans ce cas. On aère la terre avant de planter les bulbes et on replace la pelouse après la plantation. Sachez tout de même qu’il faudra attendre avant de tondre la pelouse que le feuillage des bulbes jaunisse une fois la floraison terminée. C’est pour cette raison qu’il est préférable de choisir des plantes à floraison hâtive comme le crocus et le chionodoxa.

La culture en contenant

Chaque année, nous réalisons des balconnières de plantes à bulbes. Vous pouvez admirer ces balconnières chaque printemps sur le devant de la Maison Antoine-Lacombe. Pour les réaliser, nous commençons au début du mois d’octobre à planter les bulbes dans un terreau de plantation (Pro-Mix ou Agro Mix). Plantés assez densément, à la profondeur indiquée sur le sachet des bulbes, il faut tout de même prévoir une couche de drainage, une bonne quantité de terreau sous les bulbes afin qu’ils puissent vraiment bien s’enraciner et suffisamment de terreau pour recouvrir les bulbes. Les règles générales de plantation indiquées plus haut s’appliquent. On arrose les jours suivants au besoin. Dès les premiers froids, on protège les balconnières sous une toile protectrice pour la durée de l’hiver ou on peut enterrer les pots dans le sol et les recouvrir de paillis (feuilles mortes ou autres). Au printemps, on découvre les balconnières et on les place à l’endroit souhaité. Il est préférable de choisir des plantes comme les tulipes, les narcisses et les jacinthes, car leur floraison est assez longue. Le crocus n’est donc pas recommandé étant donné sa floraison courte.

Après la floraison

Il est préférable d’attendre que le feuillage jaunisse et sèche avant de le couper. En effet, les feuilles continuent de faire de la photosynthèse après la floraison ce qui permet au bulbe de se faire des réserves pour la floraison de l’année suivante. C’est souvent pour cette raison que l’on intègre des bulbes dans les plates-bandes qui comprendront des vivaces ou des annuelles qui fleuriront pendant que le feuillage des plantes à bulbe jaunit. Dans le cas des grands parterres, on arrivera à planter des annuelles parmi les bulbes après leur floraison.

Concernant les bulbes en pot, on peut repiquer le plant au complet (y compris le bulbe) en pleine terre dans le jardin et il est alors possible qu’il refleurisse la prochaine année. Si on laisse le plant en pot et qu’on laisse sécher les feuilles, il est rare que ces bulbes puissent refleurir l’année suivante. Le mieux à faire serait de laisser sécher le feuillage, de récolter les bulbes et de les conserver jusqu’au moment où l’on peut les planter en pleine terre. S’ils ne refleurissent pas l’année suivante, ils le feront peut-être l’année d’après.

Pour conclure

Pendant que vous taillez vos vivaces fanées, que vous arrachez vos annuelles et que vous fermez votre jardin, vous pouvez aussi vous faire plaisir : rêvez au printemps!

Eve Fortier et Nicole Gagnon
Horticultrices
Maison et Jardins Antoine-Lacombe

*corme : structure ressemblant au bulbe du fait qu’il est formé d’une base de tige souterraine renflée de laquelle se développeront les racines et les tiges.

 

« Retour

Aucun commentaire.

Laissez un commentaire

© 2018, La Maison Antoine-Lacombe. Tous droits réservés. | Plan du site